© pixabay

La soirée Brame du Cerf

Une expérience inoubliable
  • En couple
  • En famille
  • Nature et patrimoine

Il est 19h30 en ce vendredi 20 septembre et nous sommes une vingtaine de curieux à nous être réunis au Belvédère de Perseigne pour une soirée très particulière. En compagnie de Jérôme Dodier, agent patrimonial de l’Office National des Forêts, nous allons nous aventurer dans les bois pour tenter d’écouter le brame du cerf. Ce cri caractéristique de la saison des amours, que l’on peut entendre entre la fin du mois de septembre et le début du mois d’octobre, sert à attirer l’attention des femelles et à intimider les autres mâles.

cerf dans la forêt cerf dans la forêt Le but de cette sortie est d'entendre le cerf, il est très rare de l'apercevoir. © pixabay

La Nature aime se cacher.

Salvador Dali
Avant le départ

Les précautions d'usage

En attendant que la nuit tombe, moment le plus propice à l’écoute du fameux brame, M. Dodier nous parle avec passion de son métier mais aussi de la vie et de l’habitat du cerf. Puis, nous partons en voiture sur un premier site. Afin de mettre le maximum de chances de notre côté (l’écoute du brame n’étant évidemment pas garantie), notre guide nous explique que nous devons être le plus discret possible : il ne faut pas parler, il faut marcher doucement – en préférant l’herbe du bas-côté – et nos lampes torches doivent demeurer éteintes. Pas question de se faire repérer et encore moins de déranger les hôtes de la forêt !

Au coeur de la forêt

Une merveilleuse aventure

Nous suivons à la lettre toutes les recommandations et avançons sans bruit dans la forêt, aux aguets du moindre bruit. Il fait déjà obscur et progresser dans la forêt à cette heure est une expérience nouvelle pour la plupart d’entre nous : la vue devient un sens presque superflu, tandis que l’odorat s’aiguise et que l’odeur des sous-bois et des champignons envahit nos narines. Cependant, le massif reste silencieux. Après 4 ou 5 arrêts, la nuit nous a raccompagné jusqu’aux voitures sans que l’on ait pu entendre le moindre appel amoureux.

M. Dodier ne renonce pas et nous conduit sur un deuxième site, au cœur de la forêt. L’attente dans la nuit et le silence procure une sensation de quiétude mêlée d’intrigue. Certains sont tendus, d’autres n’y croient plus. Tout d’un coup, nous percevons un cri rauque, semblable à un long rugissement. Le cerf est très loin mais son brame a traversé la forêt pour parvenir jusqu’à nos oreilles. Nous sommes émus par la force et la beauté de ce cri.

Afin d’essayer de l’entendre un peu mieux, nous tentons de nous rapprocher. De nouveau le brame s’élève au loin mais le cerf semble se déplacer lui aussi. Afin de ne pas perturber la saison amoureuse, nous décidons de quitter le site et de laisser les « belles » retrouver leur Don Juan.

Gravés dans nos mémoires

Des souvenirs magiques

Nous regagnons les voitures et repartons vers la ville avec la sensation d’avoir vécu un moment hors du temps, d’avoir été les témoins privilégiés d’un rite millénaire, d’avoir communié avec la nature et d’avoir tissé des liens avec la forêt, qui nous a ouvert son intimité et a partagé avec nous l’un de ses secrets. Nous garderons de cette sortie, le souvenir d’un moment magique, d’une parenthèse sacrée dans notre quotidien.

Je veux

Vivre cette expérience

L’Office de Tourisme organise des soirées Brame du cerf chaque automne.

Pour connaître les dates de ces sorties, n’hésitez pas à nous contacter ou à consulter l’Agenda !